Historique de la réserve des bisons d’Europe

Le développement de l’agriculture et le recul de la forêt ont-ils repoussé le bison d’Europe dans des régions inaccessibles ?

Bébé et maman Bisons d'Europe

La modification du milieu fut en effet profonde de l’époque gallo-romaine à la fin du moyen âge. Les défrichements furent encouragés par les rois successifs, la déforestation fut très rapide. De plus le développement de l’élevage d’animaux domestiques en sous-bois était préjudiciable aux grands herbivores sauvages.

A la fin du XVIIIe siècle, le bison d’Europe ne se trouve plus à l’état naturel que dans la grande forêt polonaise de Bialowieza et dans le Caucase (sous-espèce de montagne).

Les combats de la Première Guerre mondiale qui furent d’une rare violence dans la forêt de Bialowieza et le braconnage, ajoutés à un équilibre de l’espèce déjà fragile, firent qu’en 1921 il n’existait plus un seul bison à l’état sauvage en Pologne.

C’est en 1923, à Paris, qu’un zoologiste polonais, Yan Sztolcman, proposa d’étudier un plan de sauvetage et de protection du bison d’Europe lors d’un congrès international pour la protection de la nature. Son projet fut adopté par l’assemblée.

L’effectif des bisons put augmenter régulièrement grâce à la création de nouvelles réserves en Pologne, mais le risque de maladies subsistait : en 1953, une épidémie de fièvre aphteuse fit 35 victimes dans trois réserves polonaises.

A partir des années soixante, les scientifiques polonais cherchèrent à créer un pôle de reproduction sur un espace suffisant dans une zone éloignée de la Pologne.
Le territoire où pouvait être réacclimaté le bison d’Europe avec de grandes chances de succès devait répondre à plusieurs critères. Il fallait qu’il soit situé dans une région faisant partie de son ancienne aire de répartition, que cette contrée soit peu peuplée, suffisamment boisée et connaisse un climat assez rigoureux. La Margeride correspondait parfaitement à ces critères.

Caisse de transport en provenance du parc national de Bialowieza

Un premier lot de six mâles et trois femelles, transporté par camion de Bialowieza, fut lâché à Sainte-Eulalie en juin 1991. Après une acclimatation réussie, un second lâcher de bisons plus jeunes eut lieu en avril 1992.

Découvrez également :

La biologie du bison d’Europe

Comparaison entre bison d’Europe et bison d’Amérique

Le bison dans la préhistoire

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •